Collecte et Traitement des déchets ménagers

Retour à la liste des actualités

  • Taille du texte: Diminuer -6%
  • Taille du texte: Augmenter +6%

Taille courante: 100%

Sobriété de consommation du foyer

Dossier courses famille
Dossier biodéchets et mode

Avez-vous déjà entendu parler d’“éco-anxiété” ? Ce terme fait référence à l’angoisse que provoque la crise écologique chez une partie grandissante de la population. Si vous faites partie du club des éco-anxieux, sachez que vous êtes de plus en plus nombreux à souhaiter du changement et à modifier vos comportements d’achats. De nouvelles structures naissent pour répondre à cette demande d’être plus respectueux de la planète et les mentalités progressent. Découvrez dans cet article des initiatives positives pour soulager la planète.

Du magasin à la terre

Nous générons toutes sortes de déchets en cuisine : épluchures, fruits et légumes abimés, restes... Le SMITOM-LOMBRIC propose des solutions pour leur éviter leur triste destinée qu’est l’incinération.

Alternative vertueuse, le compostage permet de valoriser les déchets des écoles (composteur pédagogique), des habitats avec jardin (composteur individuel) ou des immeubles (composteur partagé).

Il s’agit de favoriser l’apparition des micro-organismes (bactéries, champignons) et des macro-organismes (vers de terre, insectes, collemboles) qui décomposent la matière organique en compost, que vous pourrez ensuite utiliser dans vos potagers et jardinières. Pour cela, il vous faudra respecter 3 points clés : diversifier les apports humides (épluchures, légumes abimés etc.), équilibrer avec les apports secs (feuilles mortes, boîtes d’œufs cartonnées etc.) et brasser régulièrement votre compost avec une fourche pour apporter de l’oxygène et mélanger les différentes matières.

Pour aller plus loin en conformité avec la loi AGEC qui rend obligatoire le tri des déchets alimentaires au 1er janvier 2024, le SMITOM-LOMBRIC* va proposer la collecte des biodéchets en apport volontaire, grâce à un bioseau de 10 L fourni par nos soins. Une fois ce container collecté, les déchets alimentaires seront acheminés :

  •  soit sur une micro-plateforme de compostage locale pour y produire du compost. Il s’agit de réaliser le même processus de compostage que celui que vous réalisez chez vous.
  • soit sur une plateforme de méthanisation du territoire pour y produire de l’énergie. La méthanisation est un processus naturel consistant en la décomposition de la matière organique grâce à des bactéries qui interviennent en milieu anaérobie (en absence d’air). Le bio-méthane (gaz) produit par les micro-organismes est utilisé pour être transformé en électricité, en chaleur ou bien encore en gaz GNV**. 

Votre geste est utile car le GNV produit alimente les bennes à ordures ménagères dernière génération qui sillonnent nos rues en polluant moins.

* Pour les habitants de Grand Paris Sud et du SMICTOM de Fontainebleau veuillez vous référer à leur site. ** Gaz Naturel Véhicule.

Pour une mode durable

Première bonne nouvelle : depuis le 1er janvier 2022, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire interdit l’élimination des produits non-alimentaires, dont les textiles font partie. Les entreprises ont désormais pour obligation de donner ou recycler leurs invendus : il ne leur est plus possible de simplement les jeter ! À moyen terme, c’est l’ensemble du secteur industriel qui devra repenser la gestion de ses stocks afin de réduire la surproduction.

Si le recyclage est une alternative intéressante, elle n’est pas l’unique solution. Les marques de fast-fashion (littéralement “mode rapide”) nous incitent à consommer toujours plus de vêtements qui ne sont pas faits pour durer. Les matériaux qui les composent sont de qualité moindre et difficilement recyclables. La production des tissus demande d’importantes quantités d’eau, de pesticides et d’engrais néfastes pour l’environnement. Les conditions de travail des agriculteurs et ouvriers œuvrant pour ces enseignes sont bien souvent déplorables : problèmes de santé liés à l’exposition aux produits chimiques, salaires de misère, pas de congés, etc.

La solution la plus (éco)logique est de freiner la surconsommation. On peut s’orienter vers des marques de mode durable, qui sont transparentes quant à leur charte éthique et environnementale. Il est également possible d’acheter ses vêtements de seconde main sur internet, dans les friperies, en Recyclerie... Un excellent moyen de donner une seconde vie à des vêtements non portés ! Enfin, avant tout achat, se poser les bonnes questions : ai-je vraiment besoin de ce vêtement ? Me met-il en valeur ? Est-il composé de matières naturelles (lin, coton bio etc.) ? A-t-il été confectionné de manière éthique ?

En d’autres termes, il existe des solutions pour tous les budgets. Vos achats ont du pouvoir et face à l’accroissement des prises de conscience, les entreprises n’auront d’autre choix que de s’adapter.

Ne jetez pas les textiles que vous ne portez plus à la poubelle ! Sur le site refashion.fr, vous y trouverez des informations sur le don, la vente, la customisation et le recyclage de vos textiles ainsi que la liste des points de collecte de vos vêtements.

Pour acheter durable :

Pour acheter de seconde main :